Influenceuses;
les nouvelles actrices du changement

inspiration / 04.03.2020 – Par Gaëlle Borgeaud

Deux digital talents prêtes à faire voler en éclats

les stéréotypes d’un statut tant convoité

Temps de lecture : 3 minutes
© Instagram @thestreetvibe

On les compare trop souvent à de simples porte-manteaux, des marionnettes aseptisées au service de marques, des femmes-sandwiches…

 

Depuis l’explosion d’Instagram, elles ont le vent en poupe grâce à leurs centaines de milliers de followers et font rêver toute une génération.  Certaines ont choisi de faire de leur notoriété un outil de transformation positive.

Deux parcours, deux personnalités.

 

Doina Ciabonu n’a peut-être que 26 ans, mais elle est à l’image de la génération millenials. Ultra-connectée, nomade, multi-tasking: une muse des temps modernes. La description aurait pu s’arrêter là, mais la belle moldave, basée à Londres, est aussi l’emblème d’une génération engagée pour la planète.

Avec spontanéité, et sans peur du jugement, elle aborde différents sujets autour de la sustainability sur son compte Instagram. Que ce soit pour dénoncer le plastique à usage unique (elle est ambassadrice de l’ONG No More Plastic) ou encourager l’industrie de la mode à repenser son modèle économique en faveur d’une économie circulaire (elle intervient dans le Circular Fashion Summit, mis en place par l’ONU dans le cadre des Sustainable Development Goals 2030 et de la question plus spécifique liée à l’objectif SDG12 Responsible Consumption and Production). 

Vous l’aurez compris, Doina ne fait pas dans la langue de bois. Suivie par 560’000 followers, son feed est un mélange artistique et recherché de fashion, de voyages, d’inspirations. Ses stories sont plus hétéroclites et mêlent réflexions, prises de position, coups de gueule autour de sujets liés au développement durable. Elle y prône une approche déculpabilisante et transparente, à l’échelle individuelle mais aussi pour le secteur privé. Oui, il est difficile d’évoluer du jour au lendemain. Oui, il faut y aller par étape. Mais cela ne doit pas être une excuse pour ne rien faire. Car chaque geste compte. Les marques qui lui font confiance l’ont bien compris. Les millenials et la Gen-Z  sont prêts à prendre leurs responsabilités et attendent des marques qu’elles fassent de même. De manière claire et transparente.

Une autre digital talent a compris à quel point ce besoin de transparence étant en train de changer notre époque. Xenia Adonts, 28 ans, blonde, allemande, 1.3M d’abonnés, toujours le sourire aux lèvres. En novembre 2019, elle surprend toute la blogosphère en dévoilant sa marque: Attire The Studio.

© Instagram @attire

Un projet monté en quelques mois avec une volonté de fer et des engagements très clairs. Chaque collection présentera un nombre de pièces limités, dans des matériaux naturels, et sera produite en petite série quitte à reproduire à la demande, et ceci afin d’éviter les invendus. 

 

On trouve aussi une information détaillée sur les usines de production au Portugal. Pas de plastique dans le packaging et un prestataire green pour le transport. Mais la vraie nouveauté réside ailleurs. Attire The Studio communique sur le détail des coûts de revient ainsi que la marge de chaque pièce. Une révolution dans l’industrie de la mode, et un moyen pour le consommateur de veiller à ce que toute la chaîne de production soit rémunérée correctement.

Cette tendance n’est pas marginale. 

 

De plus en plus de Digital Content Creators – on ne dit plus Influencers – osent s’exprimer sur le sujet. Et pour certaines marques choisir ces personnalités, c’est aussi faire un choix engagé qui soutient un projet RSE global.

 

Recevez et partagez nos réflexions